CALEB : student exchange du ROTARY Metz Rive GAUCHE

CALEB est un "student exchange" du ROTARY Metz Rive GAUCHE, il a passé presque un an à METZ dans plusieurs familles et ......  un voilier.
Il a été l'invité de MERCATOR V pendant 3 semaines sur un long parcours en mer Ionienne et Egée.

Voici son récit:
 
-->
Caleb en Grèce :
Discours Sur Temps Dépensé Sur Le Bateau

Introduction


Bonjour, ou Bonsoir, ou Bon matin, mais je crois que les Français ne disent pas "bon matin" comme nous anglais, alors je resterai avec les deux premières options.
Je m'appelle Caleb Edward Masters.  Je suis un étudiant d'échange à Metz, France, de Kingston, Canada. Pendant mon échange en France j'avais eu vraiment beaucoup d’opportunités uniques et spéciales. J'y suis allé à Paris, j'ai fait un tour d'Europe, et, le plus récent, j'ai eu l'opportunité de faire un voyage en bateau en Grèce.

Il y a quelques mois, en Octobre je crois, un rotarien dans mon club sponsor, Guy Godard, m'a dit qu'il a un bateau qui restait en Grèce pour l'hiver. Après une peu de conversation, il m'a invité à faire un voyage sur le bateau avec lui et ses compatriotes. 

Au bout (sans trop de temps pour réfléchir) j'ai accepté son offre. Donc, maintenant, je suis ici. En Grèce, en train de commencer un petit journal de voyage. Alors... C'est parti, je pense, haha.


Les premiers jours


Nous arrivons à Athènes à l'avion. Vraiment, le vol était magnifique. Les montagnes des Alpes, après la Méditerranée, finalement suivi par les îles grecques. Seulement sur l'avion j'ai assez vu pour tout le voyage.

La nuit est dépensée dans un district d'Athènes avec une vue claire du Parthénon. Naturellement, je demande si une visite est possible. La réponse: oui, mais auretpur, au bout du voyage. Il semble que je dois souffrir d'attendre pour accomplir mes rêves. La vie est bizarre.

Le prochain jour on prend un grand bus à la ville de Preveza, sur l'autre côté du pays. Ici reste le bateau légendaire (pas vraiment), le Mercator V! Il était stocké en haut de l'eau pour l'hiver.  Alors il restait quelques choses à faire avant on pourrait le mettre dans l'eau pour cette année.

Nous dépensons le prochain jour sur la peinture de la coque, le rangement, et des autres petites choses. Pour certaines choses nous avions des professionnels qui nous aidaient, parce que ni Guy, ni Bernard, ni moi ne sais les faire. À la fin de la journée nous terminons avec une dîner bien gagné.

Finalement, le matin de destin arrive. Une machine vachement énorme vient à prendre et soulever le bateau. Je regarde bien la machine comme elle déposé le bateau très gentiment. Nous ne perdons pas du temps en restant plantés là et nous sommes partis vers la ville de Preveza tout de suite pour les achats.

À Preveza je fais une petite "aventure" pendant  que les autres font les courses. C'est une belle ville, mais petite, donc j'ai finis mon aventure après une heure et prend un café quelque part.

Après un temps on est reparti de Preveza et commence de naviguer pour de vrai. Le mer est vraiment beau ce jour, mais il faisait beaucoup plus froid que j'imaginais en France. Mon image de la Grèce était le soleil toujours et une bonne chaleur. La réalité, pas du tout. Au début, je voulais dire.

La nuit on met l'ancre au mouillage et reste là pour dormir dans une petite anse. Bernard fait le repas. J'oublie ce qu'il a fait, mais c'était bon, haha.

Le prochain jour on est partis à Lefkas. Je commence d'apprendre un nœud pour aider avec les pare battages. Lefkas est le premier vrai port où on a resté, donc il m'a fait surprise de voir tous les bateaux qui s'ont garé là.

Nous restons à Lefkas le plus longtemps de tous les villes, trois jours. La raison: notre équipe n'était pas encore finie. Il y avait une personne encore pour la compléter.
Gérard. Finalement, après le jour après il est arrivé, on est finalement partis pour le vrai voyage. Dans les îles, loin de la terre. L'expérience je voulais depuis Guy m'a offert l'opportunité.

Les Grecs:

J'ai décidé de faire une petite section sur les grecs en général. Ils étaient une partie importante à l'expérience, donc je sens comme ils la méritent.

Vraiment, la chose le plus importante est qu'ils sont presque tous incroyablement gentils. Si (où on peut dire "quand") je me suis trouvé perdu, je pourrais demander à n'importe qui et recevoir une bonne réponse.

Côté à côté avec gentil, ils sont aussi très vivants. Ils aiment bien faire des blagues, même si vous êtes étrangers. Ils sont toujours en train de converser avec un grand sourire . Aussi, sur le sujet de "vivants", je peux attester que temps en temps ils faisaient des fêtes aux bars tout prêt du bateau, qu'ils m'ont réveillés, haha.

Une chose sur eux qui m'a aidé souvent est qu'ils tous parlent un tout petit peu d'anglais, parfait pour un parleur de la langue comme moi. Nous avons trouvé des gens qui parlent ou qui comprennent le français, mais vraiment pas beaucoup.

La vie de bateau


C'est une partie de l'expérience que je ne peux pas louper. Peut-être le plus important, bien sur un peu choquant pour moi.

Hmm, je réfléchis sur où je veux commencer. La vie de bateau est une vie des adaptations. Guy m'a dit une phrase parfaite un jour. "On ne fait pas le bateau parce que c'est facile ou plaisant, on le fait parce que il nous challenge à s'adapter." Ce n’est pas exactement les mêmes mots, mais c'est l'idée. La vie n'est pas pleine de luxe, mais pour chaque chose que nous faisons, nous nous sentons satisfaits.
 
Mais la vie. Qu'est ce qu'on a fait tous les jours? Au matin il faut se lever tôt (moi, j'avais la mauvaise habitude de dormir tard, donc je ne suis pas fantastique à ça). C'est important parce que le jour, à que certaines heures avec du soleil sont magnifiques et c'est beaucoup mieux de voir tout ce qu' il y a à voir. C'est aussi plus prudent le matin.

Pendant la croisière il est impossible à faire la cuisine. Le bateau bouge beaucoup, donc tout se trouveraient au sol si on avait essayé. Mais, je suis très heureux qu'on avait un expert de sandwichs avec nous, Guy. Chaque journée j'avais l'opportunité de manger un
bon sandwich en pleine vue de la mer et des paysages.

Normalement nous nous arrêtons au port pour le soir et la nuit. Ici il faut faire les courses, parce que ce n’est pas possible d'avoir trop de la nourriture fraîche au bateau, il deviendrait mal. Aussi, je dois trouver du wifi, pour nourriture mon addiction d'Internet, haha.

Aux dîners nous étions très gâtés par le "top chef" Bernard, qui nous faisait quelque chose inspirée chaque jour. Sa cuisine m'a plu bien!

Oh, et aussi, je ne peux pas oublier à parler sur tous les gens on a rencontré. Wow! Des Anglais, des Américains, des Israéliens, même des Canadiens! C'est une partie énorme de la vie de bateau, toutes les personnes! Si vous voulez rencontrer des gens, achetez un bateau et la reste se fait. Je vous promesse.





Mes expériences spécieuses


La barre:

Un jour Guy me réveille un peu plus tôt que mon habitude pour annoncer que aujourd'hui je vais prendre la barre. Une petite confession avant je continue, j'ai pas mon permis de conduire.
Vraiment, je ne sais pas conduire du tout. Je ne suis pas sûr s'il savait ça avant l'offre, mais c'était trop tard!

Donc, je suis à la barre. La majorité du temps elle est toute automatique, je faisais que des petits ajustements en degrés. Normalement, quand je pense sur dix degrés sa semble très petit, mais quand vous conduisez un bateau il faut faire attention. Dix degrés est assez de frapper des pierres ou gratter le bateau au fond de l'eau.

Éventuellement j'ai coupé l'automatique pour essayer vraiment la barre. Je l'ai trouvé plus sensitive que je pensais avant.

Alors, pour conclure, ce n’était pas une expérience énorme, mais c'était une expérience je souviendrai pour un très long temps.

L'île d'Ithaca:

Deux ports après de retrouver Gérard, on s’est trouvé à l'île d'Ithaca (Ithaque) . C'est une île spéciale parce que selon la mythologie Grecque Ithaca était le pays natal d'Odysseus, le héros de L'Odyssée (Ulysse).

Même si nous ignorons l'histoire de cette île, elle est très belle. Elle a des grandes montagnes, des mers claires, et des petites villes parfaite pour se reposer. Aussi important est qu’ici j'ai trouvé des Canadiens totalement par accident.

On a resté à Ithaca pour trois jours. Bientôt après on arrive le premier jour, Guy vois un bateau avec un petit drapeau Canadien. Sur le bateau est une fille adolescente en train de lire quelque chose. On demande si elle veut venir avec nous pour voir une statue d'Odysseus et elle dit "oui."

Je commence à parler avec elle et demander qu'est ce qu'elle fait ici. Donc, elle m'explique que sa famille est au milieu d'un grand voyage autour du monde. Ils avaient déjà fait pleins des pays, comme la Pologne, la Thaïlande, l'Allemagne, et en plus, mais j'oublié.

Éventuellement j'avais l'opportunité à parler avec son père et sa mère aussi, et ils m'ont donné plus d'information. En général, ils habitent très librement. Les parents travaillent avec les ordinateurs, donc ils ont la liberté à faire une aventure comme ils veulent.

Si je suis honnête avec vous, j'étais un tout petit peu jaloux, mais pas du tout fâché. Les enfants de cette famille ont vraiment la chance d'avoir des parents comme les leurs.

Je ne peux pas oublier aussi une activité que nous (Guy, Bernard, Gérard, et moi) avons aussi fait pendant la séjour à Ithaca. La deuxième journée on a commandé un taxi pour faire un tour de toute l'île. On a visité un monastère au sommet de la montagne où j'ai pris des belles photos, et aussi on a vu plein de petites villes avec des belles églises et autres immeubles.

À la fin, de tous les lieux j'ai vu pendant le voyage, je sens que Ithaca était mon préféré. Cependant, les pistaches à Aegina étaient fantastiques aussi...


Delphes:

Un jour on s’est trouvé à la ville de Galaxidi, une petite ville très belle construite autour d'une grande colline. Il était une fois où la ville avait un port actif, mais aujourd'hui les courants de vie ont changé et il nous reste une ville tranquille.


Important pour nous était le fait que pas loin de la ville reste Delphes, est le site ancien de l'Oracle de Delphes. Naturellement, on l'a visité sans hésitation.

Le site est faite sur la côté d'une montagne avec beaucoup des étages connectés par des escaliers (donc, j'ai fait un petite peu d'exercice ce jour-là). Là, il y a quelques ruines de temples dédiés aux dieux comme Apollo (le dieu patron de l'Oracle historique), Athéna, et Zeus. Aussi, il y a un stade au niveau le plus haut où les athlètes jouaient des sports pour la gloire des dieux.

Ajouter une légende
À côté de site historique, il y a un bon musée qui garde des artefacts grecs de toute leur histoire. Ils ont des armes qui viennent de l'âge bronze et même des statues qui étaient construits au fin de la puissance grecque. Si vous êtes jamais en Grèce, vous ne pouvez pas louper ce musée. Souvenez-vous cela!

L'Acropolis:

La première nuit en Grèce, avant le bateau, avant Ithaca, avant tout, on a resté à un hôtel à Athènes. Ce soir on a fait un apéritif au bar sur le toit de l'hôtel.
D'ici j'avais un belle vue de l'Acropolis, la symbole d'Athènes et un des plus beaux monuments anciens qui existe toujours. Alors, quand Guy m'a demandé "Qu'es ce que tu veux faire à Athènes?" J'ai répondu immédiatement  "l'Acropolis!"

Mais, tristement, j'avais dû d'attendre, parce que la visite première à la ville n'a que duré une journée. Au lieu, j'ai finalement eu opportunité à la fin du voyage où on est rentrés Athènes avec le bateau.

On est arrivé environ vers 10h. L'Acropolis reste au sommet d'une montagne, le point le plus haut d'Athènes. Autour de site vous pouvez voir les murs anciens du temple. C'est vraiment pittoresque.

Doucement on monte le montagne. À l'entrée du temple il y a une porte énorme fait en marbre avec des colonnes partout. Après l'entrée je suis frappé par l'image du temple entier. Je peux voir immédiatement les deux immeubles qui restent toujours, la Parthénon et le temple ancien à Poséidon.

C'est intéressant à comparer les deux temples. La Parthénon, à Athéna, est beaucoup plus grande et est bien ouvert, mais est aussi plus simple. Le temple à Poséidon est plus petit, mais il a des colonnes plus détaillée et une série des statues qui ont bien survécu jusqu'à aujourd'hui.

Du sommet de la montagne il y a aussi une très belle vue de la ville. Vous pouvez voir tous les immeubles d'un côté jusqu'à presque la mer. Il y avait un peu de brouillard, mais ce n’était pas grave, parce que la vue est belle quand même.

Conclusion:

Hmm, je sens comme il faut finir mon écriture avec quelque chose. Qu'est-ce que j'ai trouvé le plus important? Premièrement je dois dire que cette expérience était vraiment un rêve pour moi. Un an avant maintenant je n'avais jamais pensé que je me trouverai sur un voilier en Grèce. Même en Grèce!

Donc, si je réfléchis une peu je vois immédiatement comment je peux finir ce passage. Je veux remercier Guy et le club Rotary de Metz Rive Gauche pour me donner l'opportunité. Mon expérience en Grèce n'est pas possible d'oublier et il m'a donné des mémoires incroyables. Merci aussi à l’équipe du Mercator V, Bernard et Gérard. Ils étaient fantastiques pendant le voyage.

Merci beaucoup pour lire à propos mes expériences,

Caleb Edward Masters,
Étudiant d'échange Rotary Canadien

Caleb Masters





En mai 2016 : Du canal de CORINTHE à ATHENES


Depuis GALAXIDI petit port coquet et confortable, proche des trésors de DELPHES, la route vers le canal est toute droite, le vent (faible) est favorable. La navigation est plaisante, mais quand le vent disparait, à nous le Volvo!

Avant d'y pénétrer, car son accès est réglementé (sens unique) les autorités nous demandent d'attendre un autre bateau, et quel bateau c'est un "yacht de milliardaire", une allure et un design inhabituel, voyez un peu, son nom GUILTY ( Coupable, mais de quoi ? ). On apprendra plus tard qu'il a été dessiné par JEFF KOONS, et que le bateau appartient à  un riche promoteur grec, qui est aujourd'hui l'un des principaux collectionneurs de l'œuvre de Jeff KOONS - Il lui a demandé de peindre son mégayacht "GUILTY" : KOONS a recouvert sa coque et sa passerelle de motifs géométriques inspirés par les techniques de camouflage utilisées pour les navires britanniques pendant la Première Guerre mondiale.  C'est une surprise !
Voici GUILTY. Sans être fana de ce genre de yacht, le marin est sensible à leur "performance".
Nous avions déjà croisé quelques bateaux d'exception comme  la voilier "Faucon Maltais" : d' Elena Ambrosiadou,  le yacht "Lady Moura": de Nasser Al-Rashid le Saoudien, le yacht "Octopus": de Paul Allen,  le voilier "Le Phocéa": d'Alain Colas, puis de Bernard Tapie qui lui donna un second souffle luxueux et enfin de Mouna Ayoub ue femme d'affaire libanaise, ..... tous vus à Antibes et retrouvés en Méditerranée


 Le canal est long: 6,5kms, il est ancien : en circulation depuis 1893, sa construction a durée 11 ans.  Il remplace une voie en bois, puis pavée ( le diolcos ) sur laquelle les grecs anciens faisaient glisser les bateaux.
Ferdinand de LESSEPS n'a jamais été associé à ce canal, contrairement à PANAMA et SUEZ.

La traversée prend du temps , elle se fait au moteur et avec précaution, les remous de l'hélice du GUILTY nous freinent de l'autre coté c'est la mer EGEE!


Caleb notre étudiant canadien , "student exchange" du Rotary Metz Rive Gauche, qui est mon invité, est étonné, son flegme s'efface devant cette oeuvre des hommes.
A la sortie le premier port est KOLFOS, petit port et grand mouillage abrité, où une nuit paisible nous attends à l'ancre loin de tout bruit après ces 60 milles fait dans la journée.
Le lendemain étape à AEGINE avec nos "amis" locaux : la marchande de légume qui nous approvisionne depuis 2012 à chaque passage en fraises et cerises locales pleines de goût, on est loin des standards peu gouteux de nos super-marchés. Le port est gratuit on y mouille sur ancre et amarres. Comme le port est arrondi vous avez 1 chance sur 2 de couvrir ou d'etre recouvert par la chaine d'ancre du voisin.
Le shipchandler avec un magasin minuscule, est très bien approvisionné en tout!  Et qui nous fera une rénovation complète des ... toilettes. C'est un plaisir de fouiller ce magasin, nous complétons notre accastillage et échangeons sur le devenir de la GRECE.

Dans le port d'AEGINE, les ferries de toutes sortes font le va et vient avec ATHENES, attention à eux, ils foncent et les lents voiliers doivent anticiper.

Notre périple se poursuit,  vers POROS, sous spi!   Enfin le spi, la douceur et l'efficacité du spi,.
Cette 3° semaine est chaude, cette navigation paisible nous invite à faire une halte pour nager à 19/20°C, cela suffit. La mise à l'eau est lente, mais après on ne veut plus sortir.


A POROS, large port avec beaucoup de places au quai, il faut de l'électricité  au ponton, elle est payante et la préposée municipale qui sait se faire attendre, doit fournir de longues explications avant de recevoir le modeste règlement de sa facture. 
 GUY est très pointilleux et prolonge la conversation à plaisir !



Visite de cette ville balnéaire si agréable. En arrivant à Poros, on est frappé par la beauté du site et l'harmonie des belles maisons de style néoclassique construites en amphithéâtre sur la colline. La tour de l'horloge (1927) est le monument le plus remarquable, c'est une tour blanche à dôme bleu. Voici la vue du haut de cette tour et l'isthme qui fait de Poros une île du Pélopponèse.


Enfin retour sans vent à ATHENES, exactement à ZEA Marina au PYREE, ou nous attendent les milliardaires à l'entrée du port, le fond du port rassemble des voiliers plus accessibles. La marina très bien protégée est très confortable mais payante, on y trouve tous les services.
Quant à notre restauratrice préférée : PENELOPE KATXIS et sa trop fameuse moussaka , elle est toujours là,  à 2 pas de la marina. Un des magnifiques voiliers de ZEA Marina.

 Ensuite il faut nettoyer le bateau, préparer les futures navigations, vérifier les gilets, et enfin visiter la ville avec CALEB qui peut interroger les monuments de l'Acropole, grande nouveauté pour lui le canadien.  Mais avant, il faut s'habiller en grec pour  ...  passer inaperçu!





Une vue panoramique de la ville du haut du LYCABETTE autre montagne célèbre d'ATHENES.
Puis le Musée THEOCHARAKIS et ses collections locales , enfin nous n'avons pas oublié la garde des EVZONES et le changement de la garde au palais du gouvernement place SYNTAGMA.




Le voyage retour se fera sans surprise, sauf un contrôle de plus à ORLY, en sortie d'avion, avant les bagages, c'est nouveau. Nous sommes vite replongés dans les réalités françaises. 
C'est la douche. 
A nous les grèves, les taxis ronchons, l'égocentrisme de la CGT, 
 la grisaille, bref  la France du 21° siècle . 
Vivement les retrouvailles de JUIN avec le pays des 2SA: Sourire, Soleil, Accueil, ce pays souffre mais pour des raisons objectives, pas celles d'un enfant gâté et nombriliste digne successeur des Gaulois légendairement désordonnés et individualistes.

Le coucou de BERNARD  notre photographe  dévoué et qui sait saisir les moments forts. Ici au Mémorial des familles de marins érigé à GALAXIDI.











En MAI 2016, le retour en mer Ionienne

Merci, ami lecteur de nous accompagner dans cette promenade sur l'eau de la Méditerranée.

Le retour de mai, ce fut le  ..... 24 avril 2016.
A PREVEZA on s'y rend par ATHENES (en avion) et le bus !
On traverse toute la GRECE. Un parcours de 6 heures qui prendra 12 jours par la mer (en flânant). Nous ne sommes pas Armel LECLEAC'H!.
6 heures pour voir une grande activité sur les routes: reprise de la construction des autoroutes et -semble t il- apparition de priorité dans ces travaux: on recommence depuis  ATHENES et on fini ce qui est commencé. Plus de ces bouts de chantiers dans tout le pays. Conséquence: l'autoroute de PREVEZA est "abandonnée" sur les 100 derniers kilomètres, ils attendront leur tour.
En outre les éoliennes ont fleuri, les champs de panneaux photo voltaïques aussi. Le pays sera moins dépendant des importations de pétrole. Les armateurs de ces bateaux seront moins riches!


Mais à ATHÉNES, il faut s'arrêter voir l'acropole de nuit.



PREVEZA n'est pas une marina, c'est d'une part une ville moyenne avec un port accueillant, et d'autre part un énorme chantier d'hivernage des bateaux à sec.
Premier objectif : la mise à l'eau et les préparatifs : antifouling, dé-hivernage et préparation de l'hélice à pas variable: un cran de plus : 9", on ira plus vite sur mer plate, ce qui est la majorité des cas.


     Deux nouveaux équipiers, voici CALEB  M. à gauche et GERARD D. à droite avec GUY.
Non ne croyez pas que ce fût une croisière gourmande.


Bien que les retrouvailles avec la Moussaka, le Tzatziki, les Mezés, l'Ouzo, la Pita, les divers Slouvakis, les Melitzanés,  sont un vrai plaisir.
Un plaisir aussi de retrouver les personnes associées à ces lieux.

Voici l'itinéraire réel suivi : Une visite du Golfe Ambracique que nous avions négligé jusque là, s'est imposée pour la première sortie. C'est en sortant de PREVEZA, en tournant à droite !  VONITZA, Un petit paradis vert doté d'un petit port simple et de plusieurs mouillages sécurisants.


 Le vrai parcours:  il ressemble au projet mais avec des raccourcis. Bloqués à LEFKAS (maintenance) et ITHAQUE (la pluie) nous avons évité les détours par 2 autres îles et LEPANTE.



Puis de VONITZA , que nous avons bien exploré la cote et les mouillages et dormi dans l'un d'eux: voir les zigzags et la nuit dans la petite baie.


nous sommes "descendus" à l'île de LEFKAS. Qui doit le fait d'être une île, au creusement d'un canal qui la sépare du continent, un pont tournant relie les 2 pour les autos. L'entrée est difficile avec un banc de sable bien localisé sur les cartes et a obligatoirement contourner.
Mais .... nous le coupons en 2 (tout du moins celui qui est sur la carte) car les travaux de dés ensablement sont passés par là. Le banc a bougé ! Voir notre trajectoire en jaune chevauchant le banc en jaune ! C'est plus facile.


LEFKAS est une ville, un port municipal et une vraie marina tous services et toutes prestations maritimes, mais payante et confortable.
Après ce sera SIVOTA un peu plus au sud et son anse très protégée,  les 2 photos ci-dessous,




Nous nous dirigeons ensuite vers  ITHAQUE, où  ce fut un plaisir , l'arrivée s'est faîte sous 20 noeuds de vent, un peu bousculant et le séjour sous vent du NW qui bousculera aussi un peu les ancres durant la nuit.



ULYSSE y est arrivé en débarquant à droite au fond du petit golfe, une peinture murale célèbre ce débarquement:
Et puis comme tout le monde ici, nous recherchons son palais.
Bonne nouvelle, l'année dernière les historiens et spécialistes d'HOMERE (fin du VIII° siècle AvJC) se sont mis d'accord sur le site (inaccessible sauf à pied) et la maquette:  Voici ce qui est exposé à STAVROS la ville la plus proche: le palais daterait du XIII° AvJC, et donc HOMERE aurait écrit les exploits d'ULYSSE 4 à 5 siècles après l'époque de ceux-ci.
Et plus encore sur la version la plus vraisemblable de l'itinéraire de ses voyages. En premier la légende de la carte. Rappelons nous qu'en grec ULYSSE se dit ODYSSEUS


Mais revenons à VATHI port principal d'ITHAQUE petit port et large mouillage où l'on risque le vent du NW bien ralenti cependant. Là nous attends la statue d'ULYSSE et une  ... charmante jeune canadienne, vite découverte par notre jeune (18 ans) équipier CALEB lui aussi canadien Ontarien, mais en séjour linguistique à METZ où il suit les cours de terminale et est l'invité du ROTARY CLUB DE METZ RIVE GAUCHE, et donc l'invité de GUY pour cette croisière. CALEB est devenu très loquaces et fort intéressé par cette rencontre. Vive la jeunesse.

Bernard absent de la photo est derrière la caméra!
De là nous parons le lendemain vers le continent et MESSOLONGHI, la météo annonce une belle brise porteuse. Elle fut au rendez vous pendant 2 heures puis plus rien. VOLVO vient à notre secours! Et VOLVO fit "pouf pouf!".... impossible de dépasser 900 tours minutes, au delà le moteur cale. Tant pis on s'en contentera , on arrivera tard.
Le long canal de MESSOLONGHI nous fait peur, si le moteur cale il ne reste plus qu'à jeter l'ancre. Le port nous dépêche un hors bord pour éviter que nous perturbions le circulation dans le canal en cas de panne.  Le paysage lagunaire est toujours aussi original.
Mais au port un spécialiste est là au bout de 30 minutes. Son diagnostic est précis. Après avoir bu une bonne gorgée de gazole aspiré depuis l'arrivée au moteur : Le gazole arrive en trop petite quantité ! Il est contaminé par des micro-organismes: bactéries, les levures et autres moisissures. Ils sont contenus dans l’air ambiant qui porte naturellement ces germes. Ils se développent dans les cuves non pleines en hivernage. Tout ceci est nettoyé au compresseur à air, un bon liquide de traitement ingurgité par le réservoir, et nous revoilà vers les 2000 et 2200 tours minutes.  Tout va bien.
MESSOLONGHI abrite dans sa marina, une colonie française de voileux qui aiment à y hiverner. Le prix est motivant, mais la ville est quelconque et loin, il faut une auto. Peu importe les autos immatriculées en France sont la aussi!  Des conversations de pontons démarrent vite ....  au bar.

Ensuite c'est le golfe de PATRAS, le pont d'IRION et le golfe de CORINTHE.
Poussé par un petit nord ouest amical mais froid, nous nous présentons vers le pont. Mais le bonnet est indispensable il fait froid ce 5 mai, peu printanier.  Une autorité régule les passages sous le pont.

Pas d'arrêt à LEPANTE on file à  TRISONIA et sa marina abandonnée mais sûre et ses tavernes accueillantes. Tiens le téléphone a gardé les codes wifi d'une taverne en mémoire !
Bon repos et hop à GALAXIDI, au pied de DELPHES où un taxi nous y déposera en 25 minutes.

A GALAXIDI le port municipal gratuit est dans la ville. Ici on part à la recherche de MINA une personne tenant une pâtisserie confiserie qui nous avait régalé il y a 3 ans.
On l'avait photographié en tenue et nous sommes venu lui donner cette "vieille" photo.

Pas de MINA ! le magasin a été vendu. Après recherches nous la retrouvons patronne d'un bar branché sur l'autre rive du port.

Voici enfin MINA:
Elle a rajeuni et changé de silhouette, les dégâts pâtissiers sont réparés, ce qui semble réjouir  GUY!

Mais trêve de longueur, nous sommes ici pour visiter DELPHES.
C'est le site d'un sanctuaire hellénique, situé au pied du mont Parnasse, où parlait l'oracle d'Apollon à travers sa prophétesse, la Pythie ; il abritait également l'Omphalos ou « nombril du monde ». Investi d'une signification sacrée, Delphes fut du VIe au IVe siècle av. J.-C. le véritable centre et le symbole de l'unité du monde grec.







Oui mais DELPHES c'est haut , il faut grimper et grimper encore pour arriver au mythique stade  
Au passage le "trésor" des ATHENIENS, qui abritait les offrandes à APOLLON,  tout prés du théâtre et du temple dédié à  APOLLON.
Le "nombril".


La suite arrive ..... on se rapproche du Canal